Menu

MOULINS, une douce à redécouvrir

12 juillet 2015 - Archives, Voyage
MOULINS, une douce à redécouvrir

SOUVENIRS DE LA ROUTE DES VACANCES : MOULINS SUR LA NATIONALE 7

— Où allez-vous ?
— Á Moulins sur Allier  !
— Vraiment ?
Ne vous effrayez pas, filez à Moulins, vous ne le regretterez pas. Si pour beaucoup, Moulins ce n’est que le Triptyque du Maître — il est vrai que la splendeur et la richesse artistique de ce  triptique méritent d’être vues, Moulins c’est beaucoup plus…
Je vous propose de vous ouvrir le chemin vers Moulins, je vous invite  à une promenade [re]découverte de Moulins.
Moulins
est la ville préfecture du Département de l’Alliers en Auvergne.
Situé au nord de la région Auvergne, le département de l’Allier porte le numéro 03.
Y arriver est simple, 
en train, 10 aller-retour par jour au départ de Paris-Bercy pour un voyage entre 2H30 et 3h selon, le train choisi.
Par la route, c’est le souvenir de Paris-Menton par la route des vacances, Nationale 7 immortalisée par Charles Trenet. Moulins est à 300Km de Paris, à 200km de Lyon, à 100km de Clermont-Ferrand, à 470km de Bordeaux et à 668km de St Paul Vence.
Venez-y en famille, en couple, entre amis :  il y a cent raisons de séjourner à Moulins.

LE TOP 10 Á VOIR Á FAIRE Á MOULINS

1 — Visiter le centre national du Costume de scène
C ‘est à lui seul, une excellente raison de venir à Moulins. Les passionnés d’opéra, de ballets, de costumes, les amoureux de création, les éternels adulateurs de belles histoires y trouveront tous excuses à s’émouvoir. Sans oublier l’espace consacré à un Prince de la Danse : Rudolf Nureyev. Découvrez en plus : Des costumes rentrés dans le rang !

2_réserves_du_CNCS_©_CNCS_Pascal_François[1]Electricite-MrMantin 2 —  Voir la Maison Mantin, le Musée Anne de Beaujeu, le Mab.
Le Musée Anne de Beaujeu fameux exemple de ce que fut le style Renaissance et qui témoigne de la gloire des Bourbons protégeant des collections de peintures, de faïences, les emblèmes des Bourbons.
La Maison Mantin est un lieux magique à découvrir : l’intérieur d’un homme ouvert de la bourgeoisie, Monsieur Mantin, un moderne cultivé du début du siècle qui a offert à la ville sa maison sous la condition que rien ne soit changé, vendu, et que le public puisse découvrir 100 ans plus tard ce que fut son quotidien.
Maintenant, il est surprenant de découvrir les nouveautés de son siècle . La médecine, le confort nouveau , l’électricité… La maison de Monsieur Mantin fut la première à Moulins à avoir l’électricité et comme il était patriote, il avait des ampoules bleu blanc rouge . Chaque pièce, chaque objet est un trésor, autour du quotidien. C ‘est un moment de pur plaisir.

tin-tin-rabier

3 — Passer un bon moment au Musée de l’illustration Jeunesse et découvrez jusqu’au 31 août l’exposition :
Benjamin Rabier : Il n’y a pas que la vache qui rit ! Benjamin Rabie(1864 – 1939) est le créateur vendéen de la Vache qui rit, la Baleine des Salines du Midi, de Gédéon le canard, Sidonie la vache ou Aglaé la chèvre, et d’un personnage qui semble avoir inspiré Hergé Onisime, parmi tant d’autres. C’est aussi le père du dessin animé avant Walt Disney.  Rabier imagine un bestiaire de fabuliste et, doué d’un savoureux humour, se moque « animalement » des hommes. Plus sur Rabier .
4 — Séjourner à l’Hotel de Paris [4*]  et profiter du spas de l’espace Notre Dame pour une pause-détente installé dans les sous-sols de la chapelle. Un hôtel dans la ville qui vous permettra de faire de nombreuses visites à pieds. 

5 Aller déjeuner sur la Place d’Allier, et retrouver l’esprit de Coco au Grand Café, véritable institution moulinoise, dont le création remonte à 1899 tenue par Alexandra et Maud Belin  qui y proposent une carte Brasserie sympathique autour de la viande Charolaise.

6 — Randonner sur les Bords de l’Allier et dans tout le département, emprunter une portion du Chemin de Saint-Jacques (GR 300)

7 — S’émerveiller au Musée de la Visitation :  4, place de l’Ancien Palais  – 03000 MOULINS Tel : 04-70-44-39-03
Un étonnant musée qui est né de la passion, c’est un lieu qui force le coup de coeur et de l’émerveillement. Des milliers d’objets témoins du talent, de la patience, de l’ingéniosité que les Soeurs de la Visitation sont capables de déployer dans le monde entier depuis la création de l’ordre le 6 juin 1610 —il faudra attendre 1955 la Première communauté de la Visitation en Irlande.
Du 2 mai au 24 décembre 2015, l’exposition « 2015, nous, visitandines de Moulins

[kad_youtube url= »https://www.youtube.com/watch?v=H0N2_6QoKUQ » width=714 ]

8
 — S’émouvoir en pénétrant à  la  Mal Coiffée (le donjon XIVe du Palais Ducale* cf Musée Anne de Beaujeu) qui devint prison militaire et  fut témoin histoire des tournants de l’Histoire ou découvrir le panorama de la ville en grimpant sur le Beffroy nommé le Jacquemard ou la Tour à l’horloge.

9 — Rayonner depuis Moulins dans la Campagne Bourbonnaise, Bourbon d’Archambeau, Ygrande, assister à la Foire médiévale de Souvigny et au Festival européen des Troubadours et Saltimbanques du 1er au 9 aôut 2015, dans un village étonnant devenu Grand site d’Auvergne . Souvigny avec le prieuré de St Mayeul- St-Patrole est un haut-lieu Clunisien.

10 — Et vous préparer à y revenir car il vous faudra bien admettre qu’il y a tant à faire et tant à voir à Moulins.

NOS BONNES ADRESSES Á MOULINS 

trait d'unionLE TRAIT D’UNION : 16 Rue Gambetta, 03000 Moulins –  04 70 34 24 61.
C’est une belle adresse que ce restaurant de Vincent Hoareau.  On se demande encore pourquoi ce restaurant ouvert depuis 2005, n’est pas plus souvent cité, recommandé.
Être à Moulins et ne pas s’y arrêter serait dommage, si vous êtes gourmets et que vous savourer la cuisine autant avec votre palais que vos yeux.
Le travail de Vincent — dont le parcours s’est fait chez Marcon, Décoret, Marx, Darroze — 
autour des produits, des saveurs, des textures avec minutie et passion est d’une belle élégance, d’une justesse rare.
Oui, c’est de la gastronomie sans flagorguerie mais avec du talent et énorme envie de faire bon et beau en alliant (le trait d’union) et en piochant aux sources de la cuisine asiatique et du meilleur de la tradition française . Le chef cherche à innover dans la fabrication de ses plats, à étonner ses clients en proposant des associations inattendues et des cuissons parfaites mais avec unique objectif : revenir à l’essentiel, le goût des produits qu’il choisi avec grand soin. 

J’y retournerai pour me faire plaisir : si je me suis régalée de la mise en bouche au café, j’ai particulièrement apprécié le croustillant de bar.
A la fin du dîner, au moment du dessert, je n’avais qu’une envie continuer à me régaler, je n’avais pas faim mais envie de plus de plaisir. Alors entendre Vincent raconter son sorbet de Mangue m’a fait craquer puis un café et ses mignardises… hummm les pâtes de fruits.
Dépêchez-vous avant que cette table ne devienne moins abordable, c’est encore peu connu mais cela ne peut le rester tant Vincent Hoareaux déploit d’énergie et de sincérité. .
LE BISTRO DE GUILLAUME : 
13, rue de Pont  MOULINS  – 04 43 51 23 82
Un restaurant qui s’inscrit dans la lignée de la bistronomie.  Fraiche et harmonieuse la cuisine emprunte ce courant de chefs attachés aux produits. S’attachant à imaginer des mets contemporains, de la cuisine de marché privilégiant les producteurs locaux et la carte de saison. Comme au Trait d’union tout tourne autour du produit.
Loin d’être caricaturale, loin de la trop cuisine naturiste, la cuisine de Guillaume met à l’honneur de la viande excellente (du Boucher-artisan Moutardier), des légumes vifs, des fruits qui éclatent de saveurs. Alors oui, on se regale des Gambas snackées avec leur risotto au poivrons-pesto ou du croustillant de canard aux quatre épices et son taboulé…
L’addition reste légère et le service d’une élégante efficacité. 

BOUCHERIE et ÉPICERIE FINE MOUTARDIER
78 et 72 rue Régemortes 03000 MOULINS
Une véritable institution à Moulins et lorsque l’on rentre dans la boucherie, on comprend rapidement pourquoi; Entendre parler Yves de la viande (et de rug[ue]by) c’est déjà avoir l’eau à la bouche. Si nous avions tous un boucher ou un épicier comme ceux là — car c’est une belle équipe qui officie —  je parie que l’agriculture de qualité, ses éleveurs et notre santé se porteraient mieux. Il y a chez les Moutardier un sens de la transmission. Il fait doux de voir partager (avec sa ribambelle d’apprentis ) ce qui fait encore parfois et ici l’art de vivre à la française : saveurs et courtoisie. Sur les traces familiales, un couple qui fait de l’excellence son quotidien.

LE CLIN D’OEIL IRLANDAIS Á MOULINS  :
Aller à Moulins, ce n’est plus être un touriste mais c’est devenir un voyageur et aller à la rencontre, au devant d’hommes et de femmes fiers de vous faire découvrir leur ville, leur région.
Vous qui etes irlandais, qui aimez l’Irlande cela ne vous rappellerai pas : There are no strangers here; Only friends you haven’t yet met ?
Et bien oui, Moulins c’est un peu comme l’Irlande, on y va pour Moulins et on y retourne pour les Moulinois.
On s’offre une pause ici pour ce qui fait la différence entre une ville musée  et une ville où il fait doux vivre et où il y a autant de musées à découvrir et de vrais gens qui vous racontent naturellement l’histoire de leur région.

%d blogueurs aiment cette page :