Menu

Joseph O’Connor : Les Âmes égarées (Nouvelles)

4 mai 2014 - Bibliothèque Irlandaise

book-joLes Âmes égarées (Nouvelles)
Joseph O’Connor
Editions Phébus Littérature étrangère
Disponible en français et en anglais
Format : 14 x 20,5 cm, 304 p. 21€
€ISBN 978-2-7529-0966-4

La quatrième de couverture : Deuxième recueil de nouvelles de Joseph O’Connor, après Les Bons Chrétiens paru chez Libretto en 2010 et préfacé par Hugo Hamilton, Les âmes égarées se compose de sept nouvelles et d’une novella qui traduisent l’essence d’une Irlande à la fois éternelle et contemporaine. Sombres, et soudain lumineuses, elles parlent de solitude, de désespoir, mais aussi de foi en l’avenir et en l’homme, d’amitié et d’amour, sentiments que l’auteur analyse et décrit en maître.
Ralliant le Londres et le Dublin d’aujourd’hui au New York du XIXe siècle, tantôt avec ironie, tantôt avec la plus grande simplicité, les nouvelles de Joseph O’Connor incarnent les rêveurs et les âmes perdues de notre monde dans ces moments magiques de la vie où tout semble possible.
Découvert en France en 1996 avec Les Bons Chrétiens (Libretto, 2010), il est primé des deux côtés de l’Atlantique lorsque paraissent L’Étoile des mers (Phébus, 2003) puis Redemption Falls (Phébus, 2007). Il est aussi l’auteur de Desperados et Muse, Inishowen, À l’irlandaise, tous parus aux Éditions Phébus.
L’avis de The Irish Eyes : Joseph O’Connor a prouvé, très vite et depuis longtemps, que sa plume racontait des histoires de bosselés, d’écorchés, de tourmentés, d’abîmés. Qu’il aimait nous sculpter des tranches de vie chahutées.
Dans ce second recueil de nouvelles, Jo est encore une fois, un chirurgien minutieux et c’est au scalpel qu’il nous délivre les vies de Maureen Connelly, de Ray Dempsey… Il y a chez Jo O’Connor une bienveillante lucidité : la réalité des choses ne lui inspire pas d’amertume, pas de fausse sensiblerie. Il ne moralise pas, ne juge pas, mais il raconte et de la plus belle des façons. Sa minutie, sa dextérité, son acuité n’ont d’égales que sa belle langue (the beautiful language) que Carine Chichereau parvient à nous faire savourer en le traduisant.

%d blogueurs aiment cette page :