Menu

John Banville : La Lumière des étoiles mortes

4 mai 2015 - Archives, Bibliothèque Irlandaise

john-bainvilleLa Lumière des étoiles mortes
John Banville  – Editions Robert Laffont Pavillon
Format : 135 x 215 mm
Nombre de pages : 360 Prix : 21,50 €
ISBN : 2-221-13364-1

La quatrième de couverture : Dans la veine de La Mer (Booker Prize 2005), un grand Banville, troublant et sensuel, sur la façon dont les jeux du temps malmènent le coeur humain. « Ou tout cela va-t-il donc quand nous mourons, tout ce que nous avons été ? Quand je songe à ceux que nous avons aimés et perdus, je m’identifie à un promeneur errant à la tombée de la nuit dans un parc peuplé de statues sans yeux. L’air autour de moi bruisse d’absences. Je pense aux yeux bruns et humides de Mme Gray et à leurs minuscules éclats dorés. Quand on faisait l’amour, ils viraient de l’ambre à la terre d’ombre puis à une nuance de bronze opaque. « Si on avait de la musique, disait-elle dans la maison Cotter, si on avait de la musique, on pourrait danser. » Elle-même chantait, tout le temps, et toujours faux, « La veuve joyeuse », « L’homme qui fait sauter la banque », « Les roses de Picardie », et un machin sur une alouette, alouette, dont elle ne connaissait pas les paroles et qu’elle ne pouvait que fredonner, complètement faux. Ces choses que nous partagions, celles-là et une myriade d’autres, une myriade, myriade, elles demeurent, mais que deviendront-elles lorsque je serai parti, moi qui suis leur dépositaire, le seul à même de préserver leur mémoire ? » Qu’est-ce qui sépare la mémoire de l’imagination ? Cette question hante Alex alors qu’il se remémore son premier – peut-être son unique – amour, Mme Gray, la mère de son meilleur ami d’adolescence. Pourquoi ces souvenirs resurgissent-ils maintenant, à cinquante ans de distance, se télescopant avec ceux de la mort de sa fille, Cass, dix ans plus tôt ? Un grand Banville, troublant et sensuel, sur la façon dont les jeux du temps malmènent le coeur humain.

%d blogueurs aiment cette page :